Pourquoi on ne joue plus dehors?

Pourquoi on ne joue plus dehors?

Le jeu libre – auquel les enfants s’adonnent spontanément, loin des adultes – est en déclin depuis 60 ans, selon le Dr. Peter Gray, professeur-chercheur en psychologie au Boston College. À Kamik, nous savons que le jeu libre à l’extérieur est extrêmement bénéfique pour les enfants. Mais nous croyons également que les enfants d’aujourd’hui passent souvent à côté du jeu en plein air créatif, cette activité sans programme et hors ligne que nous avons tant aimée dans notre enfance. Nous voulons changer cela. Le Dr. Gray aborde ici les raisons du déclin du jeu et conseille les parents sur la façon de réintégrer le jeu dans la vie de leurs enfants.

Pourquoi les enfants d’aujourd’hui ont-ils moins de temps pour jouer librement à l’extérieur?

Le Dr. Gray explique comment notre société a progressivement compromis la liberté des enfants de jouer au cours des dernières décennies, limitant ainsi leur liberté d’apprendre et de grandir.

« Howard Chudacoff (auteur de Children at Play: An American History) situe le tournant en 1955, indique le Dr. Gray. Au début du XXe siècle aux États-Unis, nous avions pratiquement éliminé le travail intensif des enfants et retournions dans un monde où les enfants passaient beaucoup de temps à jouer. Cependant, autour de 1955, nous nous sommes mis à les priver de cette liberté, non pas pour les envoyer à l’usine, mais [pour leur imposer] une scolarisation plus rigoureuse ainsi que des activités dirigées par des adultes éclipsant le jeu véritable. »

Quels obstacles peuvent rencontrer les parents quand il s’agit de laisser les enfants jouer librement à l’extérieur?

De nombreux parents souhaiteraient accorder plus d’autonomie à leurs enfants, mais ils entrevoient des dangers liés au jeu non supervisé. Selon le Dr. Gray, les parents doivent comprendre que les médias ont tendance à exagérer les risques, ce qui entraîne une inquiétude démesurée.

« Malheureusement, nous vivons dans un monde où de soi-disant ‘‘experts” monopolisent la parole, et la plupart n’invitent pas les parents à laisser aller leurs enfants, comme je le fais. Ils parlent de tous les dangers », explique le Dr. Gray.

Évidemment, il ne faut pas sous-estimer les risques légitimes pour la sécurité. Le Dr. Gray pense toutefois que les parents devraient également mesurer les éventuels inconvénients de ne pas donner aux enfants la liberté dont ils ont besoin : « Si j’empêche mon enfant de vivre des aventures, il n’aura peut-être jamais la chance de développer un sentiment de confiance ou un lieu de contrôle interne; il sera peut-être anxieux ou déprimé à un moment dans sa vie, n’ayant pas le sentiment de pouvoir résoudre ses propres problèmes. »

Les parents doivent garder à l’esprit que le jeu libre à l’extérieur, qui comporte certains risques, n’est pas foncièrement dangereux s’il est pratiqué dans un environnement sûr. Ils peuvent s’efforcer d’intervenir le moins possible dans les jeux de leurs enfants, tout en restant à l’affût de dangers réels.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Mareike (@_everywhereigo) on

Quel rôle la technologie joue-t-elle dans le déclin du libre jeu à l’extérieur?

Quand il n’y a presque plus d’enfants dehors, les jeunes ont plus tendance à rester à l’intérieur et à jouer sur leurs appareils électroniques, explique le Dr. Gray. « Les gens se plaignent que leurs enfants sont sur leur iPhone ou leur ordinateur. Ils pensent que la technologie est la raison pour laquelle [les enfants] ne vont pas à l’extérieur. Je pense que c’est plutôt l’inverse. Je crois que les enfants vont dehors, mais ils ne trouvent personne avec qui jouer. Alors, que font-ils pour communiquer avec leurs amis? Ils retournent à leur téléphone cellulaire ou à leur ordinateur pour échanger avec leurs amis. Si la seule façon d’être avec leurs amis est d’utiliser un appareil électronique, c’est ce qu’ils vont faire. »

En tant que parents, comment pouvons-nous donner plus de liberté à nos enfants?

« De nombreux parents reconnaissent que leurs peurs sont un peu irrationnelles et qu’ils avaient l’habitude de [jouer librement à l’extérieur] quand ils étaient jeunes », explique le Dr. Gray. Néanmoins, il peut être difficile de surmonter ces craintes. « Lenore Skenazy [une des fondatrices de Let Grow, une organisation engagée à donner aux enfants plus d’indépendance] propose une série d’exercices. Supposons que votre enfant veut faire du vélo autour du pâté de maisons, mais vous êtes inquiet. Vous en discutez : “Que dirais-tu de faire du vélo jusqu’au bout du pâté de maisons et ensuite tu reviendras? La première fois, je vais te regarder. Par la suite, tu pourras le faire sans que je te surveille.” C’est comme un déconditionnement pas à pas. »

L’équipe de Kamik pense que les parents se sentiront interpellés par le message du Dr. Gray. Notre marque familiale est là pour encourager les parents qui veulent faire place au jeu libre à l’extérieur. Pour plus de conseils, de discussions et d’idées d’activités, inscrivez-vous au bulletin d’information du Kamik Club et joignez-vous à notre mouvement.

#LibérezLeJeu

Cette entrevue a été revue et condensée.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *