Pourquoi le jeu libre?

Pourquoi le jeu libre?

Une séance de questions-réponses avec le Dr Peter Gray, professeur de psychologie

À Kamik, nous savons que le jeu libre à l’extérieur est très amusant et incroyablement bénéfique pour les enfants. Nous avons toutefois l’impression que les enfants d’aujourd’hui passent à côté des petits plaisirs de jouer dehors, des jeux simples et des aventures, que nous avons vécus pendant notre enfance.

Nous croyons donc qu’un débat public plus large au sujet du jeu libre à l’extérieur est nécessaire. C’est pourquoi nous avons fait appel à un expert en la matière, le Dr Peter Gray. Professeur-chercheur au département de psychologie du Boston College, Dr Gray a passé plus de 20 ans à étudier les effets psychologiques du jeu. Nous lui avons demandé de nous parler des liens entre le jeu et l’apprentissage, et de ce que nous pouvons faire pour que les enfants aient plus de temps pour jouer.

Qu’est-ce que le jeu libre?

Beaucoup de gens utilisent le terme « jeu libre » et je crois que c’est une bonne idée, car cela décrit très bien le concept. Dans le cadre de mes travaux, j’utilise seulement le mot « jeu », parce que je ne considère pas que le jeu structuré et encadré par les adultes est véritablement du jeu. Le jeu libre, c’est lorsque les enfants créent eux-mêmes des jeux. Ils choisissent ce qu’ils veulent faire, ils négocient et établissent les règles, et ce, bien souvent au fur et à mesure. En d’autres termes, c’est une activité très créative.

Pourquoi le jeu est-il important pour les enfants?

La fonction principale du jeu pour les enfants est, selon moi, d’apprendre à devenir un adulte. Dans un vrai jeu, il n’y a pas d’adulte qui dicte aux enfants ce qu’ils doivent faire. C’est ainsi qu’ils acquièrent leur confiance en soi et se rendent compte qu’ils peuvent résoudre des problèmes, qu’ils n’ont pas besoin d’un adulte pour les aider à trouver des solutions à chaque petit problème. De nos jours, la plupart des enfants vivent entourés d’adultes qui, s’ils ne leur disent pas quoi faire, sont là pour les guider, les protéger, résoudre leurs problèmes, et ainsi de suite. Le jeu est une façon pour les enfants d’échapper à ce cadre.

Les activités structurées par des adultes apportent-elles des bienfaits?

Je crois que les activités dirigées par des adultes sont en effet source de bienfaits, mais elles sont beaucoup trop présentes dans la vie de nos enfants. Quand j’étais enfant, 95 % du temps passé à jouer au baseball constituait du jeu libre comme je l’ai décrit. Nous allions sur un terrain vacant où se trouvaient d’autres enfants, et nous jouions au baseball ou parfois nous faisions voler des cerfs-volants. Mais nous avions aussi une ligue de baseball, plus structurée, organisée par la municipalité. C’était un jeu en plus des autres, et les seules personnes qui y participaient étaient des enfants qui aimaient vraiment le baseball. Cela nous donnait l’occasion de jouer une partie d’une façon plus sérieuse, un peu comme le faisaient nos héros des ligues américaines et nationales. Je crois que les sports organisés dirigés par des adultes ont certainement leur place. J’ai joué au basketball et au baseball au secondaire et j’ai adoré ça. Cependant, si j’avais eu à abandonner l’une ou l’autre de ces formes de jeu, j’aurais certainement renoncé aux activités structurées plutôt qu’au jeu libre. J’ai beaucoup plus appris grâce au jeu libre.

Vous avez remarqué qu’il y a eu une baisse considérable du jeu au cours des 60 dernières années. Quelle incidence cela a-t-il eue sur le développement des enfants?

L’une des évaluations cliniques qui ont été utilisées avec des enfants d’âge scolaire et des jeunes adultes dans les dernières décennies s’appelle le questionnaire de Rotter (en anglais, Internal-External Locus of Control Scale). Pendant cette période où les enfants ont commencé à jouer de moins en moins, ils ont perdu leur locus de contrôle interne, lequel représente le sentiment de « je contrôle mon destin, je peux résoudre mes propres problèmes, je peux prendre ma vie en main. » Le locus de contrôle externe, lui, désigne le sentiment « d’être une victime du monde qui m’entoure, de dépendre de son destin, des circonstances et du pouvoir d’autres personnes. »

Depuis les années 1960 environ, quand ce test a commencé à être utilisé régulièrement, les jeunes semblent avoir de moins en moins de locus de contrôle interne. Dans quel cadre peut-on développer son locus de contrôle interne, si ce n’est pas par le jeu? Parce que c’est dans le jeu que les enfants sont en contrôle.

Quelles mesures pouvons-nous prendre pour réintroduire le jeu dans la vie de nos enfants?

Je crois que ce qui aide vraiment, c’est de trouver un groupe de parents qui pensent la même chose que nous, qui comprennent l’importance du jeu, puis de s’organiser pour que les enfants aient des occasions de jouer selon des modalités définies par les parents établissant que : « Nous allons laisser nos enfants jouer, peut-être en exerçant simplement une surveillance à tour de rôle, question de nous assurer qu’ils sont en sécurité. »

***

Comme de nombreux parents, Kamik partage les préoccupations du Dr Gray. Notre marque familiale est là pour encourager les parents à faire de la place au jeu libre à l’extérieur.

Cette entrevue a été revue et condensée.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *