Le petit terrain de jeu

De plus en plus, nous vivons dans un monde rempli d’écrans. Nous, les parents, devons veiller sur nos enfants pour qu’ils ne passent pas tout leur temps à regarder des écrans. Plutôt, nous nous efforçons de les encourager à participer dans des activités saines. D’un autre côté, si nos touts petits ne sont pas devant un écran, ils sont inscrits dans multiples activités organisées qui dominent leur temps libre. La question que nous devons nous poser est la suivante : quelles sont les conséquences de toujours participer à des activités structurées et quand est-ce que nos enfants ont vraiment le temps de simplement jouer ?

Quand j’étais jeune, ouvrir la porte d’entrée c’était comme entrer dans un nouveau monde, un grand terrain de jeu sans limites. Une flaque d’eau devenait un immense lac, où des voiliers faits de feuilles d’érable se battaient intensément contre de redoutables pirates. Le parc près de ma maison se transformait en Nangijala, le pays magique des frères Cœur de Lion. Nous nous amusions en faisant appel à notre propre imagination et en utilisant ce qui se trouvait autour de nous. Nous pouvions passer des heures à jouer sans jamais arriver à court d’idées.

D’après moi, beaucoup d’enfants ont, en grande partie, perdu cette façon de s’amuser, et cela m’inquiète. Je ne veux pas dire que les enfants ont arrêté de jouer. C’est juste que le jeu se fait trop souvent avec plusieurs conditions : il y a souvent des règles précises, une durée déterminée et généralement un certain nombre de restrictions. Le plus choquant dans tout ça, c’est que ces règles et restrictions viennent souvent de nous en tant que parents.

Bien que de nombreux parents sont d’accord pour dire que les jeux électroniques ont détruit la « bonne vieille » façon de jouer, je pense que ce n’est pas tout à fait vrai.

La faute n’est pas seulement électronique

Nous savons tous que les enfants passent beaucoup de temps sur les écrans, mais c’est trop facile de placer entièrement la faute sur les consoles de jeux, les téléphones intelligents et les jeux en ligne. Après tout, l’accès des enfants à l’électronique leur offre des possibilités de se préparer à l’avenir.

Le problème est que le monde électronique prend de plus en plus de place dans la vie de l’enfant. Et c’est la raison pour laquelle nous, les adultes, pensons que nous devons agir pour le contrer. Alors, qu’est-ce qu’on fait ? Nous commençons à nous assurer que nos enfants pratiquent tellement de sports et d’activités qu’il leur reste le moins de temps possible pour s’asseoir devant un écran. Certains enfants peuvent être inscrits pour jusqu’à 5 activités organisées par semaine. Ça, c’est tout un horaire chargé !

Je comprends l’importance de faire du sport et d’apprendre le travail d’équipe lors des activités de groupe, mais nous allons bien au-delà de cet objectif lorsque nous imposons à nos enfants un horaire plus chargé que le nôtre. Ce n’est pas l’électronique qui détruit le jeu des enfants : le problème réside dans la façon de réagir des adultes.

Le jeu organisé limite la créativité

En tant que parents, nous faisons de notre mieux pour que nos enfants participent à des activités organisées, soit des sports ou bien des activités parascolaires. Notre dévouement, par contre, n’est pas basé sur les besoins de nos enfants, mais sur les activités que nous croyons être bonnes pour eux.

De ce fait, les activités organisées pour nos enfants sont souvent menées par des adultes. Avec des adultes aux commandes, ils décident de la manière de jouer et ils finissent par pousser les enfants vers un objectif précis et désiré. Cela ajoute énormément de pression inutile très tôt dans la vie de nos jeunes lorsqu’ils devraient eux-mêmes diriger leur temps de jeu de façon créative et non structurée.

Les parcs et les terrains de jeu deviennent de moins en moins accessibles pour nos enfants. Ceci fait en sorte qu’ils n’ont pas la chance de stimuler leur créativité comme nous avions l’occasion de le faire. Ils perdent rapidement leur curiosité et deviennent des petits adultes. Nous leur volons le temps où ils doivent simplement être des enfants, qui n’ont rien à prouver. Notre rôle de parents est de leur rendre ce temps.

En tant que père et professeur de maternelle, je déteste voir des enfants perdre le temps précieux qu’ils ont pour simplement être des enfants sans être affectés par la pression et les tâches difficiles. J’aimerais plutôt les voir cueillir des fleurs et regarder des têtards, sans avoir à se soucier de savoir s’ils ont marqué assez de buts ou s’ils ont assez de mentions « J’aime » sur les réseaux sociaux. Mais, en tant que parents, en faisons-nous vraiment assez pour rendre cela possible ?

Nous devons retrouver le « petit terrain de jeu »

Beaucoup d’entre nous sont sous l’impression que chaque activité que nous planifions se doit d’être incroyable et digne du « selfie ». Nous voulons absolument que nos enfants vivent les meilleures expériences possible. Pourtant, nous oublions qu’ils n’ont même pas eu la chance d’explorer les terrains de jeu qui les entoure. Pour les enfants, n’importe où est un endroit pour jouer. D’après mon expérience, c’est la responsabilité des parents de rendre ces espaces à nouveau accessibles.

Le jeu n’a pas besoin d’être coûteux ni compliqué. Dans notre enfance, cela se passait généralement dans la rue, où nous nous retrouvions avec d’autres enfants, plus vieux comme plus jeunes. De cette façon, une communauté d’enfants se réunissait pour s’apprendre des choses de manière agréable et naturelle. Ce type d’apprentissage est sur le point de disparaître, car aujourd’hui les enfants jouent de plus en plus uniquement avec des enfants de leur âge. Cela signifie que, en tant que parents, nous devons désormais assumer le rôle des enfants plus âgés et veiller à ce que nos enfants puissent apprendre à exploiter leur environnement pour jouer et partir à la découverte.

Mes souvenirs les plus mémorables sont ceux des petites aventures quotidiennes qui ont éveillé de manière simple ma curiosité. Par exemple l’après-midi où mon père m’a emmené observer les oiseaux de l’autre côté de la rue, avec une bouteille de jus de fruits et des sandwiches dans nos sacs. Je m’en souviens encore parfaitement, parce que nous avons passé ce temps ensemble et qu’il n’y avait que nous deux et les oiseaux.

Sortez et jouez avec vos enfants

En tant qu’adultes, nous devrions davantage être attentifs à créer des situations et des moments où nos enfants peuvent contrôler eux-mêmes leur créativité. Nous devons redécouvrir les « petits terrains de jeu », juste devant la porte ou sur le chemin du retour de l’école. Dans ce « petit terrain de jeu », même une roche peut être une occasion de parler, d’apprendre ou de donner des idées pour une centaine de jeux différents.

Cela ne nécessite pas de gros efforts : nous devons simplement montrer à nos enfants que, dès que nous sortons dehors, il existe un grand nombre de façons de jouer avec les petites choses. Nous pouvons parfois aider à façonner le jeu, mais l’essentiel est de laisser libre cours à l’imagination et à la créativité de l’enfant pour les laisser créer un tout avec un rien.

Grâce au jeu libre extérieur, les enfants développent des compétences sociales, de la créativité et une compréhension de base des stratégies d’interaction sociale et de résolution de problèmes. Étant donné que le marché du travail de demain est basé sur des atouts tels que la créativité, les compétences en matière de résolution de problèmes, la capacité à innover et à coopérer entre les spécialités et les équipes, nous aidons nos enfants à se préparer à la vie adulte en leur permettant de développer ces capacités. C’est pourquoi nous devons alléger sérieusement les horaires de nos enfants et leur laisser le temps d’être vraiment des enfants. Alors, mettez le téléphone de côté et allez plutôt dehors avec les enfants, juste pour jouer !

 

N’attendez plus, #LibérezLeJeu !

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *