Le jeu libre comme activité physique inclusive

Nous entendons de plus en plus régulièrement que les enfants ne bougent pas assez.
C’est particulièrement le cas pour les enfants avec certaines limitations. Selon le dernier bulletin d’activité physique de ParticipACTION, un organisme qui encourage les Canadiens à être en santé grâce à l’activité physique, seulement 35 % des enfants de 5 à 17 ans atteignent le niveau d’activité physique recommandé, soit une heure par jour. Cependant, l’activité physique est reconnue comme un élément essentiel au développement des processus cognitifs et à l’équilibre de la santé mentale et émotionnelle de tous les enfants.

Que pouvons-nous donc offrir aux enfants pour les inciter à bouger davantage dans la journée? Quel type d’activité physique peut être adapté et imaginé selon les besoins, les limites et les rêves de chaque enfant? Le jeu libre à l’extérieur! La recherche le démontre clairement :quand les enfants sont dehors, il bougent plus, passent moins de temps assis et jouent plus longtemps. Il faut se rappeler aussi que le droit de jouer appartient à tous les enfants. Le principe d’inclusion, au cœur de cette loi de l’ONU, s’exprime bien par un des principes de base des écoles en forêts (et du jeu plus généralement), soit l’importance d’aller à la rencontre des gens tels qu’ils sont.

Mais attention! Le jeu libre à l’extérieur n’est pas synonyme de laisser-aller, ni de jeu dirigé, comme un match de soccer. Le jeu libre, c’est simplement de laisser les enfants décider à quoi ils vont jouer. Pour qu’ils y arrivent, ils ont besoin de quatre éléments essentiels. Pour viser un jeu actif plus inclusif, il faudrait donc regarder ces quatre besoins en tenant compte des réalités spécifiques de tous les enfants.

Voici donc les éléments clés à considérer pour faire place au jeu libre tel que décrit par l’experte Francine Ferland, comment ces éléments sont compris et vécu au Lion et la souris ainsi que des pistes de réflexion pour que vous puissiez rendre le jeu libre plus accessible dans votre milieu.

Du temps

Le jeu est un processus. Il faut donc se donner le temps de l’expérimenter selon le rythme de l’enfant sans mettre de la pression sur lui.

*Est-ce que l’enfant a du temps dans la journée qui n’est pas dédié aux buts externes d’apprentissage ou de réhabilitation, où le jeu est réellement perçu comme un processus et non pas un outil éducatif?
*Est-ce que l’enfant a besoin de temps supplémentaire pour s’installer, définir son jeu et le compléter?
*Est-ce que l’enfant a besoin d’une définition claire du temps alloué pour qu’il puisse profiter pleinement de sa période de jeu?

De l’espace

Les espaces de jeu typiques offrent des choix à un grand nombre d’enfants, mais pas tous. Étant moins structurés et plus flexibles dans le choix d’activités, les espaces de jeu libre s’adaptent mieux aux intérêts et besoins des enfants, qu’ils vivent avec des limitations ou non. Les espaces naturels sont définitivement nos espaces de jeu préférés!

*Est-ce que l’enfant a accès à des espaces de jeu variés de façon autonome?
*Est-ce que les zones de jeu et les chemins entre eux sont accessibles et visibles, avec des choix divers qui privilégient le mouvement de l’enfant à plusieurs stades de leur développement et avec l’équipement dont il a besoin?
*Est-ce que l’enfant est limité à une certaine zone de jeu selon son âge, même si une autre zone est plus adaptée à lui?
*Est-ce que l’accès à l’espace de jeu est limité par la météo?

Du matériel

C’est impossible de prévoir des activités planifiées qui feraient plaisir et seraient adaptées à tous les enfants. Ils sont tous uniques! C’est donc en fournissant des pièces libres, des objets polyvalents, qu’on offre aux enfants des matériaux de jeu qui s’adaptent non seulement à leurs intérêts mais aussi à leurs besoins.

*Est-ce que l’enfant a accès à une variété de matériaux de jeu qui encourage l’autonomisation?
*Est-ce que l’espace de jeu est riche en biodiversité et en matériel sensoriel? Est-ce que ces matériaux sont présents à la hauteur de tous les enfants?
*Est-ce qu’il est également possible pour l’enfant de se retirer de cette stimulation si nécessaire?

Des partenaires

C’est notre rôle de soutenir l’enfant dans son processus de jeu.

*Est-ce que l’enfant joue dans un cadre sécuritaire qui lui permet de prendre des risques sains en toute confiance?
*Est-ce que l’enfant a besoin de soutien pour entrer en contact avec les autres enfants et comprendre le cadre de jeu qu’ils se sont donné?
*Est-ce que les adultes s’opposent directement aux comportements problématiques, notamment discriminatoires?

Quand on considère les quatre conditions nécessaires au jeu libre, on comprend que la responsabilité repose sur nous. C’est donc à nous de fournir ces conditions de façon inclusive pour que tous les enfants puissent jouer librement!

 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by The Lion and The Mouse (@lelionetlasouris) on

Ressources :

L’Énoncé de position sur le jeu actif à l’extérieur
Le Bulletin 2018 de l’activité physique chez les jeunes de ParticipACTION
Et si on jouait? Le jeu au coeur du développement de l’enfant
La convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies en langage clair (ce texte n’est pas une version officielle de la Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies. Le texte officiel est accessible au unicef.org/french/crc)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *